Actualité

Xylella : l’Europe renforce son dispositif mais refuse l’embargo.

29 avr. 2015

Catégories : Technique Production

Par Luc Poulain d'Andecy, Rédacteur en Chef

La commission européenne vient de renforcer, ce mardi 28 avril, son dispositif de lutte contre la propagation de la Xylella fastidiosa.  Pas d’interdiction d’importations des plants à risque mais mise en place de contrôles et de conditions strictes.

Il semblerait que la totalité des experts européens aient adoptés ce nouveau dispositif malgré une opposition forte de l’Italie soupçonnée d’avoir, pour le moins trainé les pieds, alors que l’Europe lui imposait, depuis février 2014, l’arrachage de ses oliviers infestés (souvent centenaires) dans la région des Pouilles, dans la province de Lecce au sud du pays.

Le communiqué de la Commission européenne rappelle que la présence de la Xylella fastidiosa dans l'UE a été notifiée pour la première fois par les autorités italiennes le 21 Octobre 2013. La zone touchée par est aujourd’hui l'ensemble de la province de Lecce dans le sud de l'Italie, avec une nouvelle épidémie confirmée récemment dans le voisinage province de Brindisi.

La Commission confirme également le manque de traitements efficaces pour soigner les plantes une fois infestées, et rappelle le large éventail d'espèces végétales concernées ainsi que la forte probabilité de propagation dans l'UE qui font de cette bactérie une très grave menace pour le secteur agricole européen tout particulièrement pour l’Olivier, la Vigne et les Agrumes.

Pas d’embargo sur les plantes à risque en provenance des zones infestées.
Seule interdiction spécifique pour les plants de café en provenance du Honduras et le Costa Rica

L’Europe n’a pas suivi l’exemple de la France qui avait décrété, samedi 4 avril dernier, une "interdiction l’importation de plus d’une centaine d’espèces végétales en provenance des zones contaminées qu’elles soient dans ou hors de l’Union Européenne". Cette interdiction prendra donc fin dès l’application effective du dispositif européen qui vient d’être décidé.

Aucune interdiction d'importation de toute plante en provenance d'Italie n'a donc décidée comme demandée par les Corses, particulièrement vulnérables et inquiets. La question est en débat de savoir s'il faut faut faire de la Corse une zone protégée tant elle pourrait être impactée par l'arrivée sur son territoire de la Xylella fastidiosa.

Ainsi, la commission européenne affirme que les importations et les mouvements au sein de l'UE de plantes spécifiées connus pour être sensibles à la Xylella fastidiosa seront soumis à des conditions strictes.
 
Soupçonnés d'avoir été à l'origine de l'apparition de la bactérie en Italie en 2013, seules les importations de plants de café en provenance du Honduras et du Costa Rica seront interdites.

Mise en place d'une zone tampon de 20 kms autour du foyer de l'infection

Les nouvelles mesures de l'UE « exigent des États membres de notifier nouveaux foyers, à mener des enquêtes officielles, et de délimiter rapidement ces zones infestées ».
 
« Des mesures d'éradication strictes dans ces zones sont mises en place, qui comprennent l'enlèvement et la destruction des plantes infestées, et toutes les plantes hôtes (agrumes, oliviers, vignes, pruniers, amandiers, tabacs, grenadiers, lauriers roses, chênes châtaignier, genêts, ronces…)  dans un rayon de 100m, quel que soit leur état de santé ».

« Les mesures prévoient également la possibilité pour l'Italie à appliquer les mesures de confinement dans toute la province de Lecce, où l'éradication n’ est plus possible ».

« Dans ce cas, il est maintenu l'obligation d'enlever systématiquement toutes les plantes infectées et de tester les plantes environnantes (à moins de 100m) dans une zone adjacente à 20 kilomètres des provinces de Brindisi et Tarente »

Lire communiqué de la Commission européenne (en anglais) : Click ici

Lire Communiqué de presse Ministère de l'Agriculture : Click ici



*
*
*
*
Enter the numbers shown on the image
blog comments powered by Disqus