Actualité

OLEICULTURE : Les anti-OGM qui font mouche (de l’Olivier) !

24 janv. 2014

Catégories : Technique Production

Par Luc Poulain d'Andecy,



Une version transgénique de mouche de l’olivier aurait pu devenir rapidement une solution miracle contre ses propres congénères, véritables fléaux pour les oliveraies constituant probablement le principal frein à la rentabilité économique de la culture de l’olivier en provoquant une perte de récolte considérable d’une année à l’autre.

 

La société britannique Oxinec a en effet créé une mouche mâle dotée d’un gène empêchant la perpétuation de l’espèce en provoquant la mort des femelles nées de la reproduction entre ce mâle OGM et une femelle sauvages.

 

Certains imaginaient déjà ces mouches mâles assoiffées de sexe "s’occupant" du maximum de femelles qui engendreraient des « filles » vouées à la mort avant de pouvoir procréer elles-mêmes. La fin de l’espèce programmée !

 

La BBC anglaise annonçait même le 20 novembre dernier que Oxinec avait déposé une demande d’autorisation auprès de la région espagnole de Catalogne, pour effectuer des expérimentations en pleins champs dans des oliviers recouverts de filets pour éviter la fuite des mouches OGM.

 

La nouvelle d’un éventuel lâcher de mouches transgéniques dans la nature a très vite provoqué une vive polémique et une réaction immédiate des anti-OGM notamment les organisations environnementales comme « Les Amis de la Terre »  et même de  l’euro-député vert Raul Romeva. Des milliers de signatures ont été recueillies dans des pétitions si bien que la Generalitat de Catalunya a finalement rejeté la demande de la société britannique.

 

Le Comité national de biosécurité qui dépend du ministère espagnol de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement, a exigé une étude sur les prédateurs de la mouche de l'olivier qui pourraient introduire cette espèce transgénique dans la chaine alimentaire. Mais le principal risque évoqué par les opposants à cette technique est celui des larves de mouches transgéniques qui éclosent dans les olives et qui pourraient mourir à l'intérieur du fruit pour finir d’une manière ou d’une autre (en huile ou en olive de table) dans l’estomac de l'homme.

 

En outre, ces organisations environnementales suggèrent que les hommes peuvent propager de manière incontrôlée, mettant en danger la santé humaine, l'environnement et la production d’olives.

 

Les responsables de Oxitec ont dont retiré leur demande (une manière de ne pas dire qu’elle a été rejetée) mais, comme déclaré sur leur compte Twitter, ont bien l’intention d’en soumettre une nouvelle le moment venu.

 

Les défenseurs de la mouche OGM déplorent une nouvelle fois une victoire des écologistes qui retardent « une lutte biotechnologique verte » contre un ravageur de cultures qui aurait pu permettre de réduire considérablement l’utilisation d’insecticides chimiques.

 

N’hésitez pas à réagir !

*
*
*
*
Enter the numbers shown on the image
blog comments powered by Disqus