Actualité

Estimation de récolte d'Huile d'Olive : Le jeu du poker menteur ?

22 oct. 2014

Catégories : Technique Production

Par Luc Poulain d'Andecy, Rédacteur en Chef Olive-Info.eu

Chaque année c’est pareil, le jeu des estimations de récolte et de production d’huile d’olive bat son plein.

Si vous en étiez pas encore persuadé, sachez que cela démontre une fois de plus la position de matière première stratégique que tient l’huile d’olive sur le marché mondial avec tout ce que cela peut engendrer de négoce, de spéculation et de bataille autour des prix de vente en gros.

Un jeu qui s’apparente parfois au poker menteur, les uns cherchant à obtenir des prix d’achat plus élevés en évoquant une probable pénurie, les autres volontairement optimistes pour sécuriser des approvisionnements et pérenniser le prix de vente de leurs marques.

Le COI, (Conseil Oléicole International) lui-même est sans doute, dans une certaine mesure, l’objet de cette manipulation ne pouvant que publier les données communiquées officiellement par ses pays membres ( voir la liste des pays membres).
 
L’an dernier le COI qui publiait ses premières prévisions à la même époque, estimait une production mondiale de 3,2 millions de tonnes (dont 1,5 million pour l’Espagne ). Il s’avère aujourd’hui que la production mondiale a été pour la dernière campagne 2013/2014 de 3,1 Mt dont 1,78 Mt pour l’Espagne.  Certes, seulement 100 000 tonnes d’écart au niveau mondial (3%) et surtout près de 300 000 tonnes pour l’estimation concernant l’Espagne (17%), c'est quasiment l'équivalent de la production moyenne du troisième pays producteur mondial qu'est le Grèce ! 

On constatait les mêmes variations l’année précédente avec des premières prévisions mondiales qui affichaient une récolte mondiale surestimée et une production espagnole minorée.

De là à conclure que les espagnols qui pèsent plus de la moitié de la production mondiale minorent volontairement leurs prévisions de récolte pour maintenir une pression sur les prix…

Alors que, de l'aveu même du COI "il est prématuré de confirmer ces estimations avant de disposer des chiffres qui seront examinés par le Conseil des Membres à la fin du mois de novembre, sous réserve des conditions climatiques", chacun y va de ses pronostics sur une éventuelle flambée des prix de l'huile d'olive. 

Une chose est sûre, au moment où débute la récolte, le monde du business de l'huile d'olive s'agite toujours, comme pour toute matière première agroalimentaire qui compte sur un marché de plus en plus mondialisé.

Et la France dans tout ça ? Il faut bien le reconnaître, elle ne pèse pour ainsi dire rien. 4000 à 6000 tonnes de récolte annuelle (2 500 prévues cette année), autant dire zéro au niveau mondial. Par contre sur le plan national, une chute importante de la production française pourrait mettre en péril non seulement des exploitations dont la rentabilité est déjà très réduite, mais aussi toute une filière française.  Une instabilité permanente sur les volumes produits pourrait décourager de nouveaux projets, ou pire encore, provoquer l'abandon d'oliveraies. Sans oublier qu'une petite récolte réduit considérablement les moyens de financement d'une communication pourtant indispensable pour justifier auprès des professionnels comme des consommateurs, le prix élevé de nos huiles positionnées essentiellement sur les marchés qualitatifs de l'appellation d'origine et de l'agriculture biologique. L'olivier reste l'arbre emblématique du sud de la France, mais peut-il être encore une source de revenu et d'activité économique pérenne ?

A suivre...
Luc Poulain d'Andecy

*
*
*
*
Enter the numbers shown on the image
blog comments powered by Disqus