Actualité

ESPAGNE : Le mythe du pays « vraqueur » doit disparaître !

10 févr. 2014

Catégories : Economie Juridique

Par Source : ASOLIVA,

José Pont Amenós, Président de ASOLIVA, l’association espagnole des exportateurs d’huile d’olive (59 entreprises représentant 95% des exportations), écrit une « tribune » pour tordre le coup à ce qu’il appelle un mythe qui consiste à dire que l’industrie espagnole de l’huile d’olive, ne sachant pas valoriser ses produits, vend la plupart de ses huiles en vrac à l’Italie.

A la question de savoir si ce mythe est vrai, José Pont Amenós répond oui pour le passé, en partie vrai encore aujourd’hui. Cela veut-il dire que l’Espagne ne sait pas valoriser son huile, il répond catégoriquement non !

S’il reconnaît que l’industrie espagnole vend encore beaucoup d’huile à l’Italie, c’est parce qu’elle est de très loin le premier pays producteur (1,5 million de tonnes) loin devant le second, l’Italie (500 000 t) qui est donc très demandeur en particulier pour sa consommation intérieure importante.

Pour autant, l’Espagne sait apporter de la valeur ajoutée à son huile en particulier depuis son entrée dans l’Union Européenne au milieu des années 80 qui a permis un spectaculaire bon qualitatif de la filière oléicole (vergers, moulins, conditionnement, marketing…).

José Pont Amenós veut affirmer haut et fort qu’aujourd’hui, les marques espagnoles ont su conquérir le Monde en devenant leader dans de très nombreux pays, en particulier les pays émergent comme la Chine, l’Inde, la Russie, l’Afrique du Sud, en Amérique latine ainsi que d'autres pays Asie et Moyen-Orient.

Il conclut sa tribune en précisant que l'Italie reste le grand concurrent de l’Espagne et que c’est une préoccupation permanente de ses membres. Les deux pays sont face à face sur le marché mondial mais l’Espagne poursuivra son chemin imparable vers les sommets y compris en qualité.

Et de conclure « Je demande en toute humilité, mais avec la plus grande force, que l’on démystifie un mythe qui n'est plus vrai aujourd'hui ! »


LIRE LA TRIBUNE DU PRÉSIDENT : Cliquer ici

Voir le site internet de ASOLIVA : Cliquer ici



*
*
*
*
Enter the numbers shown on the image
blog comments powered by Disqus